Monsieur Eric ANDRIEU, député au Parlement européen a organisé une e-rencontre publique le jeudi 14 octobre sur le thème « Quel étiquetage nutritionnel sera le plus efficace – l’étiquetage nutritionnel est-il sous l’emprise des lobbies ? ». Cette rencontre est intervenue une semaine avant le vote au parlement de la stratégie « Farm to fork » (de la ferme à l’assiette ndlr). La Confédération Générale de Roquefort était invitée à prendre la parole.  La question de l’étiquetage nutritionnel Nutri-Score sera débattue dans le cadre de la Stratégie « Farm to Fork » qui est au cœur du Green Deal européen. Le Green Deal vise à rendre les systèmes alimentaires équitables, sains et respectueux de l’environnement. « Farm to Fork » a pour objectif d’accélérer la transition vers un système alimentaire durable qui favorise un impact environnemental neutre ou positif, atténue le changement climatique ; s’adapte à ses impacts, inverse la perte de biodiversité. Il a pour objectifs également d’assurer la sécurité alimentaire, la nutrition et la santé publique, en veillant à ce que chacun ait accès à une alimentation suffisante, sûre, nutritive et durable ainsi que préserver l’abordabilité des aliments tout en générant des rendements économiques plus équitables. A l’occasion de cette e-rencontre, ont pris la parole les députés européens co-rapporteurs du rapport Farm to Fork, Madame Bilijana Borzan et Monsieur Eric Andrieu, le professeur Serge Hecberg, du Centre de recherche en épidémiologie nutritionnelle, fondateur du système Nutri-Score, l’interprofession de l’huile d’olive espagnole en la personne de Rafael Sanchez de Puerta, son secrétaire général, l’association BEUC de protection des consommateurs européens représentée par Monique Goyens, sa directrice, ainsi que la Confédération Générale de Roquefort représentée par son secrétaire général, Sébastien Vignette.

Dans un propos introductif, Monsieur Andrieu, a de nouveau exprimé son soutien à la demande d’exemption du Nutri-Score pour les produits alimentaires sous IG. Il a rappelé qu’il défendait le principe d’un étiquetage nutritionnel européen pour répondre aux enjeux de santé, de pédagogie de l’alimentaire tout en soulevant de réelles interrogations :

« A mesure que le Nutri-Score se développe en Europe des questions se posent qui doivent nourrir le débat et la remise en cause d’un système qui doit rester en mouvement ».

D’autre part, Monsieur Andrieu a appelé de ses vœux que les mono-produits et les aliments sous Indications Géographiques soient considérées avec une attention particulière et qu’ils fassent l’objet d’une exemption. En effet, ces IG sont détentrices de recettes traditionnelles transcrites dans des cahiers des charges non modifiables.

Sébastien Vignette a interpelé le fondateur du Nutri-Score sur les incohérences et la partialité de l’algorithme du Nutri-Score qui semble totalement inadapté aux fromages sous AOP/IG. Il a souligné l’unanimité du collectif Roquefort dans la démarche de demande d’exemption. D’autres produits, comme l’huile d’olive espagnole ou les produits sous Signes Officiels de Qualité de l’Occitanie se sont ralliés à cette demande au cours des échanges suscités lors de l’e-rencontre.

Ce lundi 11 octobre toute la filière Roquefort s’est exprimée d’une seule voix pour demander l’exemption du Nutri-Score pour le Roquefort avec le soutien des élus du territoire de l’AOP mais aussi du député européen Eric Andrieu.

Jeudi 14 octobre, une conférence de presse aura lieu sur le sujet à la commission européenne. Ce sera l’occasion pour le Roquefort de s’exprimer.