Le 24 novembre dernier, le Roquefort a été sublimé par les apprentis d’Objectif Top Chef sur M6.

Quiz sur le Roquefort, recette à quatre mains, dessert à base de Roquefort … Clément, Guilhem, Nathan, Pascal, Julie, Louis, Périne et Marine ont su relever le défi. 

Un jury d’exception.

Pour cette dixième semaine de compétition, Philippe Etchebest est accompagné d’un Chef doublement étoilé, Pascal Barbot. 

Ces deux Chefs ont jugé les huit derniers candidats sur une épreuve intitulée “Le Roquefort en dessert”.

Pascal Barbot s’est aussi prêté à l’exercice, il nous livre sa recette de dessert au Roquefort : une neige de Roquefort givrée, glace persil meringue, eau de concombre et kiwi. 

Si vous aussi, vous souhaitez réaliser un dessert au Roquefort, découvrez la recette qui suit : 

Des associations inédites 

Les membres de l’académie Top Chef, ont fait preuve de créativité pour cette épreuve des phases finales. Ils ont opté pour des desserts alliant le Roquefort au chocolat ou aux fruits : cerise, ananas, pêche ou fruits rouges. Des desserts des plus gourmands ont été confectionnés. 

Un ambassadeur, Bernard Roques, affineur.  

Bernard Roques, affineur chez Société, connaît son AOP sur le bout de ses cinq sens. Il était là, sur le tournage, pour parler du fromage, valoriser la filière, s’adonner à un quiz amusant pour toucher les futurs téléspectateurs. 

Le replay de l’émission est disponible ici : https://www.6play.fr/objectif-top-chef-p_4454/semaine-10-phases-finales-j3-c_12907675 

La Confédération Générale de Roquefort diffuse son film publicitaire, « Le Roquefort. Mariez-le, il adore. ». A retrouver en Télé et en replay du 5 au 31 décembre !

Le plaisir plein écran !

Dans son film publicitaire, la Confédération Générale de Roquefort choisit de faire un gros plan sur son AOP. Texture, moisissure, forme… le Roquefort n’a jamais été filmé d’aussi près. Il montre toutes ses spécificités, son unicité, avec élégance, dans un ballet nuptial l’associant à une poire pochée. La stratégie consiste à inciter de nouveaux modes de consommation et à capitaliser sur l’appétence du fromage.

Le film d’un collectif !

Ce film est l’ambassadeur d’une filière et d’un territoire. Derrière ce film, 3500 éleveurs de brebis, 7 marques de Roquefort travaillent quotidiennement à l’élaboration d’un fromage d’exception et se réunissent pour promouvoir collectivement leur fromage. Un effort honoré dans un écrin de qualité, une réalisation de précision confiée à l’agence SPARK MAKER et à l’artiste photographe et réalisateur Peter Lippmann. 

Le lait cru de brebis : une source de plaisir ! 

L’ensemble de la filière Roquefort est fière de son fromage, élaboré avec du lait cru de brebis : un lait de haute qualité, exigeant à produire. Elle choisit de valoriser cet atout à la fin de son film : un atout synonyme de plaisir et promesse de qualité pour le consommateur.

L’artiste photographe et réalisateur Peter Lippmann a tiré un portrait sublime et gourmand de la plus ancienne AOP de l’histoire. Peter Lippmann est connu, notamment, pour avoir réalisé en 2011 la série de pastiches de tableaux célèbres, La Madeleine à la veilleuse de Georges de La Tour et autres, pour les chaussures de luxe de Christian Louboutin.

La TV et le replay : 18 secondes de séduction et de caractère ! 

En cette fin d’année, le Roquefort revient en télé sur France Télévision et BFM TV et fait son apparition en replay sur MyTF1. L’objectif est de toucher largement avec des médias de masse.  

A retrouver à la télé du 05 au 31 décembre : https://www.youtube.com/watch?v=eEDW7Xmzdq8 

Monsieur Eric ANDRIEU, député au Parlement européen a organisé une e-rencontre publique le jeudi 14 octobre sur le thème « Quel étiquetage nutritionnel sera le plus efficace – l’étiquetage nutritionnel est-il sous l’emprise des lobbies ? ». Cette rencontre est intervenue une semaine avant le vote au parlement de la stratégie « Farm to fork » (de la ferme à l’assiette ndlr). La Confédération Générale de Roquefort était invitée à prendre la parole.  La question de l’étiquetage nutritionnel Nutri-Score sera débattue dans le cadre de la Stratégie « Farm to Fork » qui est au cœur du Green Deal européen. Le Green Deal vise à rendre les systèmes alimentaires équitables, sains et respectueux de l’environnement. « Farm to Fork » a pour objectif d’accélérer la transition vers un système alimentaire durable qui favorise un impact environnemental neutre ou positif, atténue le changement climatique ; s’adapte à ses impacts, inverse la perte de biodiversité. Il a pour objectifs également d’assurer la sécurité alimentaire, la nutrition et la santé publique, en veillant à ce que chacun ait accès à une alimentation suffisante, sûre, nutritive et durable ainsi que préserver l’abordabilité des aliments tout en générant des rendements économiques plus équitables. A l’occasion de cette e-rencontre, ont pris la parole les députés européens co-rapporteurs du rapport Farm to Fork, Madame Bilijana Borzan et Monsieur Eric Andrieu, le professeur Serge Hecberg, du Centre de recherche en épidémiologie nutritionnelle, fondateur du système Nutri-Score, l’interprofession de l’huile d’olive espagnole en la personne de Rafael Sanchez de Puerta, son secrétaire général, l’association BEUC de protection des consommateurs européens représentée par Monique Goyens, sa directrice, ainsi que la Confédération Générale de Roquefort représentée par son secrétaire général, Sébastien Vignette.

Dans un propos introductif, Monsieur Andrieu, a de nouveau exprimé son soutien à la demande d’exemption du Nutri-Score pour les produits alimentaires sous IG. Il a rappelé qu’il défendait le principe d’un étiquetage nutritionnel européen pour répondre aux enjeux de santé, de pédagogie de l’alimentaire tout en soulevant de réelles interrogations :

« A mesure que le Nutri-Score se développe en Europe des questions se posent qui doivent nourrir le débat et la remise en cause d’un système qui doit rester en mouvement ».

D’autre part, Monsieur Andrieu a appelé de ses vœux que les mono-produits et les aliments sous Indications Géographiques soient considérées avec une attention particulière et qu’ils fassent l’objet d’une exemption. En effet, ces IG sont détentrices de recettes traditionnelles transcrites dans des cahiers des charges non modifiables.

Sébastien Vignette a interpelé le fondateur du Nutri-Score sur les incohérences et la partialité de l’algorithme du Nutri-Score qui semble totalement inadapté aux fromages sous AOP/IG. Il a souligné l’unanimité du collectif Roquefort dans la démarche de demande d’exemption. D’autres produits, comme l’huile d’olive espagnole ou les produits sous Signes Officiels de Qualité de l’Occitanie se sont ralliés à cette demande au cours des échanges suscités lors de l’e-rencontre.

Ce lundi 11 octobre toute la filière Roquefort s’est exprimée d’une seule voix pour demander l’exemption du Nutri-Score pour le Roquefort avec le soutien des élus du territoire de l’AOP mais aussi du député européen Eric Andrieu.

Jeudi 14 octobre, une conférence de presse aura lieu sur le sujet à la commission européenne. Ce sera l’occasion pour le Roquefort de s’exprimer.